Accueil
Les records de durée en planeur

Dès que les premiers pionniers ont commencé à réaliser quelques vols planés avec des appareils plus lourd que l'air, leur obsession permanente a été de rester en l'air le plus longtemps possible. C'est toujours resté un but même encore à l'heure actuelle.
Nous faisons un inventaire des records de durée en planeur depuis le début du XXe Siècle jusqu'à 1954, année où la Fédération Aéronautique Internationale (F.A..I.) décida de ne plus accepter d'homologation de ces records.
La Fédération Aéronautique Internationale (F.A..I.) a été fondée en 1905. Les records dûment enregistrés commencent avec celui d'Alexis MANEYROL en janvier 1923. En France, c'est l'Aéro-Club de France qui homologue les records nationaux.
A titre de comparaison, nous avons également signalé les records de France enregistrés par l'Aéro-Club de France, et aussi quelques vols de longue durée remarquables bien que ne constituant pas un record homologué.


Les types de records seront distingués par les couleurs suivantes :
En rouge les records internationaux homologués par la F.A.I.
En bleu les records de France homologués
En noir les performances notables non homologuées

Enfin, pour plus de clarté, nous avons séparé :
Les records masculins en planeur monoplace
Les records féminins en planeur monoplace
Les records masculins en planeur biplace
Les records féminins en planeur biplace

MONOPLACE MASCULIN

 

1903

1 minute 12 secondes - 1903 - Wilbur WRIGHT


Le planeur des Wright de 1902
En 1903, vol de 1'12" par Wilbur WRIGHT sur le planeur de 1902, à Kitty Hawk (USA)
1911

9 minutes 45 secondes - 24 octobre 1911 - Orville WRIGHT


Le Wright du record de 1911 à Kitty Hawk

Le 24 octobre 1911, dans un vent de 65 km/h, Orville WRIGHT réalise un vol de 9 minutes et 45 secondes à Kill Devil Hill, battant ainsi le précédent record établi par son frère Wilbur en 1903.

Ce record ne sera battu, en Allemagne que dix ans plus tard.

1921

13 minutes - 30 août 1921 - Wolfgang KLEMPERER


KLEMPERER (dans le cockpit), qui notons-le, vole en costume-cravate - est ici félicité par Anthony FOKKER. Au premier plan de dos, le Dr. STOCK chef de l'Akaflieg Aachen.

Le concours de la Rhön 1921 s'était achevé le 25 août, mais le groupe d'Aachen était resté sur place, à la Wasserkuppe. Et le 30 août 1921, Wolfgang Benjamin KLEMPERER [1893-1965] sur le Blauen Maus du groupe d'Aachen, vole jusqu'à Gersfeld sur une distance de 5 kilomètres. Le vol dure 13 minutes.

C'est durant ce concours que Klemperer a expérimenté pour la première fois le lancement des planeur grâce à des sandows tirés par des aides.


Wolfgang Klemperer en vol sur le Blaue Maus durant le concours de la Rhön 1921
[Der Gleit- und Segelflugzeugbau - collection J-M. Mesot]

Dessin 3 vues du FVA-2 Blaue Maus par Richard Ferrière
[Riedel tome 1 p 143-144, 147-148]
1922
1 h 06'- 18 août 1922 - Arthur MARTENS (Allemagne)


Arthur MARTENS

Ajouter Présentation du groupe de Hannovre (voir bio Martens)
Pendant le concours de la Rhön, à la Wasserkuppe, le 18 août 1922, Arthur MARTENS réalise un vol de 1 h 06, avec le Hannover Vampyr, planeur du groupe de Hannovre
[Riedel tome 1 p 177-182]
A titre de comparaison : Le 18 août 1922, lors du Congrès expérimental de vol sans moteur de Combegrasse (France), Lucien BOSSOUTROT, lancé au sandow à bord d'un planeur Farman Moustique, tient l'air 5 minutes 18 secondes en réussissant à s'élever de 80 mètres, effectuant trois orbes sans perte d'altitude pendant 3 min 30 sec environ avant de se poser sur la prairie désignée avant le départ [6 p 13]
2 h 00'- 19 août 1922 - F. H. HENTZEN (Allemagne)


F. H. HENTZEN près du Vampyr (de 1921)

2 h 00'- 19 août 1922 - F. H. HENTZEN (Allemagne)
Le lendemain, sur les pentes de la Wasserkuppe, F. H. HENTZEN double la mise et fait un vol de 2 heures.

3 h 06' - 24 août 1922 - F. H. HENTZEN (Allemagne)
par HENTZEN (Deutschland), à Wasserkuppe

C'est le triomphe du vol sans moteur allemand : Hentzen s'exclame : " Eh bien maintenant, que les Français en fassent autant, s'ils le peuvent !"


Le Vampyr de l'Akaflieg Hannover, version 1921
 


 
1922
3 h 21' 7" - 21 octobre 1922 - Alexis MANEYROL

Alexis MANEYROL (aux commandes) et Louis PEYRET durant
la présentation de l'Alérion sur la terrasse des Galeries Lafayette à Paris
Du 16 au 21 octobre 1922, le quotidien britannique Daily Mail organise le premier concours de vol sans moteur en Angleterre, à Itford-Hill (Sussex, Angleterre), doté de 1000 £.
Le 21 octobre, dernier jour du concours, Alexis MANEYROL (France) décolle à 14h 35 avec son Peyret Alérion Tandem, dans un vent tempétueux. Il se pose dans l'obscurité totale 3 h 21' 7" plus tard, remportant le concours et battant le record de HENTZEN.


Décollage d'Alexis MANEYROL à Itford-Hill [Flight]


Le Peyret Alérion Tandem [dessin Réginald Jouhaud]
1923
7 h 03 - le 3 janvier 1923, Joseph THORET
(France), à Biskra (*)
(*) C'est sur un avion hélice calée que Joseph Thoret réalisa ce vol de 7 h 3'. Après deux tentatives, la veille et le matin même, 144 minutes et 45 minutes, il prenait un
départ décisif à 9 heures sous le regard des témoins, le lieutenant Ponsard et M. Gonin, président du comité de vol à voile de Biskra. [7 p 37]

Janvier 1923
Mandatés par l'A.F.A. [Association Française Aérienne] afin de prospecter le site en vue de l'organisation d'un congrès expérimental de vol sans moteur, Alexis MANEYROL et Louis PEYRET s'installent à Vauville (Cotentin, France) avec l'Alérion Tandem. Mais le mauvais temps interdit tout vol pendant tout le mois.

3 h 31' 45" - 24 janvier 1923 - Lucien BOSSOUTROT


Lucien BOSSOUTROT (Combegrasse, aoû1922)

Pendant que MANEYROL ronge son frein à Vauville, à Dannes Camiers, au sud de Boulogne-sur-Mer, Lucien BOSSOUTROT, avec son Farman Moustique de Combegrasse, ravit à MANEYROL son record, tenant l'air 3 h 31' 45" grâce à l'effet de pente sur la falaise. Henri FARMAN, constructeur du planeur, présent au moment du vol est enchanté. [7 p 37]

Lors d'une seconde tentative, Bossoutrot ratera son décollage et le Moustique sera détruit. [6 p 13]


Présentation du Farman Moustique à Combegrasse en août 1922
Lucien Bossoutrot dans le poste de pilotage [Coll. Christian Noël]
Plan 3 vues [dessin Réginald Juohaud]

8 h 04' 50"- le 29 janvier 1923 - Alexis MANEYROL
par Alexis MANEYROL (France), à Vauville. Parti dans l'après-midi, Maneyrol se pose à 21 h 18' à la lueur des feux allumés sur la lande, dans la nuit noire et le brouillard montant. Le record est validé par un commissaire de l'Aéro-Club de France et Éric NESSLER pour l'A.F.A.
[6 p 14] [7 p 37]
Premier record enregistré par la F.A.I. n° 4453 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

 

8 h 36' - le 31 janvier 1923 - Georges BARBOT
par Georges BARBOT (France), à Biskra (Algérie) sur Dewoitine P-3. Record non homologué, le commissaire de l'Aéro-Club de France n'étant pas encore arrivé sur place au moment du vol.
[7 p 37] [6 p 14]
1924
8 h 42' - 18 mai 1924 (ou 11 mai ?) - Ferdinand SCHULZ
Ferdinand SCHULZ reprend le record de durée , pilotant son frêle FS-3 Besenstiel dans les dunes de Rossiten, près de Rostock, sur la Mer Baltique.
18 mai 1924 et 8 h 42' donnés par [6 p 14]

Ferdinand SCHULZ sur son FS-3 Besenstiel
1925
10 h 19' 45" - 26 juillet 1925 - Albert MASSAUX (Belgique)
Par Albert MASSAUX commandant dans l'armée belge, à Vauville, pendant le 3e Congrès Expérimental de l'A.F.A. sur le planeur Poncelet Vivette.
Lancé à 10 h du matin, il se pose à 9 h du soir. C'est le nouveau record du monde de durée [6 p 14] [7 p 41]
Enregistré par la F.A.I. n° 4453 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

La Vivette - Musée royal de l'aviation de Bruxelles [photo Marc Bruylants]

[Dessin Charles Mali]

 

12 h 07 - le 2 octobre 1925, par Ferdinand SCHULZ (Allemagne), à Krim [1]
Pas d'autre information

 
1927
14 h 07' - le 3 mai 1927 - Ferdinand. SCHULZ (Allemagne)
A Rossiten (Prusse orientale) sur planeur Westpreussen
Enregistré par la F.A.I. n° 4432 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

Ferdinand SCHULZ et son D-15 Westpreußen [Coll. Christian Noël]

Darmstadt D-15 [Handbuch des Motor und Segelfliegens - collection J-M. Mesot]
 
1929

Oskar DINORT sur son planeur "Swachwindmaschine" [Coll. Richard Barthel]

14 h 43 - le 20 octobre 1929, par Oskar DINORT (Allemagne), à Rossiten
[10] [Deutsche Luftfahrt, Heft 1/2 1930]
Biographie d'Oskar DINORT.

 

1931

21 h 55 - 17 et 18 décembre 1931, par William A. COCKE Jr. (U.S.A.)
A Honolulu (USA) et Buenos Aires (Argentine) sur planeur Cocke "Nighthawk"
Enregistré par la F.A.I. n° 4458 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
1933
36 h 35' 30" - 3 et 4 août 1933, par Kurt SCHMIDT (Allemagne),
A Korschenruh (Allemagne) sur planeur Grunau Baby D-Loerzer.
Enregistré par la F.A.I. n° 4451 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
1934
11 h 25' - 25 septembre 1934, par Éric NESSLER à Pujaut sur AVIA 41P n° 13, nouveau record de France homologué [6 p 14]
25 novembre 1934 11 h 30' à Avignon-Pujaut sur le 41P n° 1 (record qui lui confère le Brevet D, premier français et 66e mondial). L'appareil sera baptisé "Aigle de la Banne" à la suite de ces exploits. La date ne correspond pas avec [6] [7 p 63]
1935
16 h 05' - 21 juillet 1935, par Éric NESSLER à La Banne d'Ordanche, toujours sur son AVIA 41P.
Treuillé à 16 h 24' le 21 juillet, il ne se pose que le lendemain à 8 h 29' soit 16 h 05' arrachées au 41P n° 1
. [7 p 65]
1937
40 h 55' - mai 1937 -Ernst JACHMANN (Allemagne)
1939
16 h 30' - le 28 mars 1939 - par MAUDUECH
sur le djebel Ressas (Tunisie) à bord d'un AVIA 40P. [6 p 14]
Le président des Jeunes Ailes de Tunis, sur 40P s'accroche sur une pente prospectée par SPOSITO. Alors que ce dernier a déjà égalé le record de NESSLER avec 16 h 04', MAUDUECH réussit à tenir 16 h 30'. Le record métropolitain de NESSLER est battu. [7 p 81]
 
48 h 38' - le 5 juillet 1939,
par FÜHRINGER (Allemagne), sur la Baltique (vraisemblablement à Rossiten)
 
 
1942

38 h 21' 24" - le 20 juin 1942 - Éric NESSLER (France)
A la Montagne Noire (Castelnaudary, Aude, France) sur planeur Spalinger S-18 III
Situé dans la zone non occupée de 1940 à 1942, le centre de la Montagne Noire avait été réouvert.
Éric NESSLER est installé à Lacébède-Lauragais, petit village situé en-dessous du terrain de Vaudreuille (La Mintagne-Noire) et il vole chaque fois que le temps le permet. Son planeur est un Spalinger-18, appartenant précédemment à ANGEL, adjoint du Colonel BONNEAU, qui a été racheté par l'A.S.A.M.N. [Association des Sports Aériens de la Montagne Noire]. Le 18 juin 1942, NESSLER se fait treuiller et va tenir l'air jusqu'au 20 juin, pendant 38 h 21' 24". Le record officiel de Kurt SCHMIDT de 1933 est battu. Mais la performance de NESSLER ne sera pas homologuée par la Fédération Aéronautique Internationale (F.A.I.) faute de commissaires officiels présents sur place. [7 p 93] [6 p 14]
Enregistré par la F.A.I. n° 4457 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

En Pologne 52 h 42 à une date inconnue, par un pilote inconnu [6 p 14]


43 h 28 - en 1942, par PHILERSON (U.S.A.)

1942
45 h 28' 51" - le 20 novembre 1942, par Erich VERGENS (Allemagne)
A Spizerberg (Autriche ?) sur planeur Weihe (D-17-456)
Enregistré par la F.A.I. n° 4456 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
1943
50 h 08 - en 1943 par NELSON (U.S.A.)

51 h 23 - en 1943, par NONENCHENKO (U.R.S.S.)

 
55 h 52' 12" - 22 au 24 septembre 1943, par Ernst JACHTMANN (Allemagne)
A Brüsterort (Allemagne) sur planeur DFS Weihe

Enregistré par la F.A.I. n° 4455 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
1945

52 h 30 - 1945 - IREZ (Espagne)
Un pilote espagnol, IREZ, réalise une performance à Huesca (Espagne), mais ne sollicitera pas d'homologation de la F.A.I. considérant lui-même que son temps ne constitue pas un record, laissant cet honneur à JACHTMANN.

1945-1948

En France, un terrain au fort potentiel aérologique redevient disponible dès la fin de la guerre : c'est Romanin les Alpilles, qui dépend de l'aéro-club d'Avignon.

Le Centre de vol dans moteur des Alpilles-St-Rémy voit le jour en 1946-47, et progressivement le S.A.L.S. [Service de l'Aviation Légère et Sportive] va le spécialiser dans les records de durée en y organisant des stages. C'est dans ce cadre que s'inscrivent tous les records établis à Romanin jusqu'à leur interdiction définitive en 1954.

1949
40 h 51' - 16 au 17 mars 1949 - Guy MARCHAND (France)
A Romanin les Alpilles sur Nord 2000 n° 52
Arrivée de Guy MARCHAND aux Alpilles en mai 1948. Récit des débuts de l'apprentissage.
[6 p 19]

Guy MARCHAND

par Guy MARCHAND [1920- ], aux Alpilles, sur le Nord 2000 n° 1 du Centre de Challes-les-Eaux. [n° 1 donné par Jouhaud mais Pastre parle du Nord 2000 n° 52]
Guy MARCHAND commence son entraînement à Romanin le 19 mai 1948, pour tenter de battre le record du monde de durée. Son objectif est simple : il veut tout simplement faire mieux que le temps de JACHTMANN (55 h 52' 12").
Il racontera son record dans un livre qu'il publiera en 1951 : Mon record du monde de vol à voile.
Prétendre à un tel record n'est pas une mince affaire et nécessite, sur le seul plan administratif un nombre important d'autorisations et de démarches. Voici ce qu'il dit à ce sujet :
"Commence la série de démarches : elles sont nombreuses... Voici ce dont je dois m'assurer avant de me mettre en piste :
- Une autorisation du SALS de tenter le record,
- Un nouvel appareil : le Nord 2000 (version française de la Meise)
- Une autorisation du SALS de voler sur cet appareil.
- Une autorisation pour voler de nuit sur les Alpilles, car la ligne aérienne Paris-Marseille passe juste au-dessus, et il faudra, au cours de la tentative, dévier tous les avions,
- Une autorisation pour obtenir un barographe,
- Une autorisation pour obtenir un poste de TSF,
- Une licence sportive qui nécessite des photos,
- Deux commissaires qui soient agréés par la F.A.I. et qui n'aient pas oublié de renouveler leur carte,
- Des bons d'esence pour emmener le planeur aux Alpilles,
- Une automobile ou un camion pour tirer la remorque.
Tout cela représente un nombre impressionnant de démarches, d'attentes dans les bureaux, de discussion, d'arrangements diplomatiques...
"

Guy MARCHAND ne battra pas le record de JACHTMANN, mais sa durée de 40 h 51' sera homologuée comme nouveau record mondial.
[3 p 34-42] [7 p 115, 293]
Enregistré par la F.A.I. n° 4450 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

 

 
1952
56 h 15' - du 2 au 4 avril 1952 - Charles ADGER (France)
par Charles ATGER, aux Alpilles (ce record devait être le dernier en monoplace). sur Arsenal Air 100 n° 12
[3 p 48]
Le 2 avril à 6 h 21 mn Charles ATGER décolle au treuil des Alpilles à bord de l'Ari-100 n° 12, suivi du sol par Louis BRUN. Dans un mistral si violent qu'il le rend malade, il commence sa ronde le long de la pente, allant de 200 à 2000 mètres. Il ne se pose, sur ordre de Brun, que le 4 avril, 56 h 15 mn plus tard, épuisé, amaigri de 5,4 kg. Il faut le sortir de l'appareil, dont les axes d'ailerons ont pris un jeu hors tolérance ! A peine hors de la cabine, il tombe dans une syncope de plusieurs minutes.
[7 p 127]

Romanin - Charles ATGER prépare son Air-100 avant sa tentative

L'hiver 1952-1953 verra à Romanin une cohorte de pilotes désireux de s'attaquer à des records, mais aucun n'y parviendra : Marcelle CHOISNET sur son Air-100, Guy MARCHAND, Ernst JACHTMANN sur le Kranich II des S.A.S. (?) et même Jacques LEBAU et Félicien NOIN qui avec 31 h 23' sur l'incontournable CM-7 approcheront le record de BRANSWYCK et CARRAZ [7 p 131]
Enregistré par la F.A.I. n° 4449 catégorie D1 [planeurs monoplaces] "Duration" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

AIR-100 [7 p 109] premier vol du 01

1954

- Noël 1954 - La fin tragique de Bertrand DAUVIN à bord de son Kranich II F-CATZ
Tentative de Bertrand DAUVIN aux Alpilles. Il s'écrase pendant la nuit et se tue.
A la suite de cet accident, la F.A.I. interdit définitivement toute tentative de record de durée en planeur.
Texte à écrire [7 p 138]


Bertrand DAUVIN
MONOPLACE FÉMININ
1936
2 h 26 mn - Olga GIROD à la Banne d'Ordanche [6 p 15]
1937
24 h 14' - 13 et 14 mai 1938 - Wanda MODLIBOWSKA [1901-2001] (Pologne)


Wanda MODLIBOWSKA à l'époque de son record

Du 13 au 14 mai 1937, Wanda MODLIBOWSKA bat le record du monde de durée féminin avec un vol de 24 heures et 14 min, sur un planeur Komar (dessiné par Antoni KOCJAN). Ce Ce record constituait aussi le record national polonais masculin ! Ce fut le seul record du monde polonais d'avant-guerre.

Wanda MODLIBOWSKA, pilote d'avions et planeurs très célèbre en Pologne, avait obtenu le 30 septembre 1935, pendant les troisièmes championnats de Pologne de vol à voile, son insigne d'argent sur planeur SG-3 (avec un gain d'altitude de 1795 mètres et un vol de 8 h 48'). Cette même année, elle est la première polonaise à obtenir son diplôme d'instructrice planeur. L'année suivante, durant l'été 1936, elle anime le premier stage de pilotage de planeur pour des femmes. Elle eut Irena Kempówna comme élève (cette dernière battra plusieurs records nationaux et mondiaux après la guerre).


Komar bis [site ?]
7 h 05' - 15 septembre 1937
Edmée JARLAUD en stage à Pont Saint-Vincent sur AVIA 40P. Record non homologué faute de barographe plombé, mais ce vol lui premettra de valider son brevet D
.[6 p 15]
6 h 52' - 23 septembre 1937
Olga GIROD à la Banne d'Ordanche améliore son record de 1936 sur AVIA 40P (épreuve du Brevet D par la même occasion)
[6 p 15]
1945
Marcelle CHOISNET [1914-1974] sera la figure la plus marquante des records français et mondiaux féminins de l'après-guerre.

Marcelle CHOISNET (réduire la photo)

12 h 20' 50"- 29 avril 1945 - Marcelle CHOISNET
Marcelle CHOISNET, à la Montagne Noire, à bord de l'AVIA 40P n° 104, reprend son record de France de durée. [7 p] le terme "reprend n'est pas du tout appropiré
[6 p 15] Ce n'est que 8 ans plus tard (donc 1937 + 8 = 1945) que Marcelle Choisnet, à la Montagne Noire, à bord de l'AVIA 40P n° 104, porte à 12 h 20' le record de France féminin.

16 h 44'- 5 octobre 1946 - Suzanne MELK
A la Montagne Noire, Suzanne MELK bat le record de Marcelle CHOISNET, sur l'AVIA 40P n° 104. [7 p 107] [6 p 17]
[6 p 15] parle de Meise comme planeur

Tous les records suivant auront lieu à Romanin les Alpilles.

1948

1948 sera "l'année Marcelle CHOISNET" en ce qui concerne le record de durée français en monoplace ! Notons que tous ses vols records seront réalisés à Romanin les Alpilles.

18 h 59'- 31 décembre 1947 - 1 janvier 1948 - Marcelle CHOISNET (France)
Marcelle CHOISNET sur Meise, à Romanin sur Nord 2000 équipé d'une radio et d'un phare de nez [7 p 111]
L'année 1948 commence en fanfare : Marcelle CHOISNET atterrissant le 1 janvier de cette nouvelle année à 8 h 29' porte le record de France de durée féminin à 18 heures 59 minutes, retrouvant son bien que lui avait ravi Suzanne MELK le 5 octobre 1946. Le planeur utilisé est la Meise n° 52 (52 est le numéro du centre de Saint-Auban. Ce numéro était peint en gros sur la dérive, et sans rapport avec les numéros de série des machines...) [6 p 17]
Article de Roger Frankeur dans Aviation française n° 147 du 7 janvier 1948 transcrit dans [6 p 17] qui décrit les conditions du vol.

- 21 janvier- février 1948
Marcelle CHOISNET veut tenter de battre le record mondial de la polonaise Wanda MODLIBOWSKA qui a réalisé 24 h 14' en 1937. Elle revient aux Aliplles pour s'entraîner. Elle vole sur Nord 2000 puis sur Meise n° 52 [6 p 19]

28 h 02' - 19 et 20 octobre 1948 - Marcelle CHOISNET (France)
Toujours Marcelle CHOISNET qui améliore son propre record mondial de près de 4 heures, mais cette fois sur l'AIR-100 n° 5 "Gondolo" [ce planeur a été le premier appareil sponsorisé dans l'histoire du vol à voile français]. La machine bien préparée par Jules GOHARD, époux de Marcelle, était équipée d'un horizon artificiel. [7 p 113]
Début octobre 1948, Marcelle CHOISNET se remet en piste avec l'Air-100 n° 5 amené de Beynes. Ce planeur est plus lourd et plus stable que la Meise ou le Nord 2000. C'est le 18 m français que les dirigeants du groupe l'AIR ont étudié pendant l'occupation [voir VP n° 11]. Deux vols d'essais sont réalisés le 5 puis le 10 octobre. Le 19 elle décolle au treuil à 14 h 12' et atterrit le 20 à 18 h 11', avec une altitude maximale atteinte pendant le vol de 1900 mètres. Le record international de Wanda MODLIBOWSKA est battu ! Marcelle Choisnet raconte les préparatifs et le déroulement du vol dans Les Ailes n° 1190 du 30 novembre 1948
[6 p 20]

35 h 03'- 17-19 novembre 1948 - Marcelle CHOISNET (France)
Toujours sur son AIR-100 n° 5, et toujours à Romanin, Marcelle CHOISNET établit entre le 17 novembre à 8 h 30" et le 19 novembre 1948 à 0 h 36" (posée sur les injonctions de Louis BRUN, le chef du centre), un record mondial de durée féminin avec un vol de 35 h 03 minutes. Ce sera le dernier record féminin en monoplace homologué par la F.A.I.
[Pastre p 32-34] [7 p 113]
Marcelle Choisnet insatiable veut faire encore mieux. Elle repart le 17novembre 1948 à 13 h 33 et atterrit de nuit le 19 à 0 h 35', améliorant de 7 heures son propre record datant d'un mois. [6 p 22]
Article Les Ailes n° 1193 du 11 décembre 1948 de Raymond Siretta, fac-similé [6 p 24-25]

Le 31 décembre 1948, Marcelle CHOISNET épouse Jules GOHARD, officier de l'armée de l'air, inspecteur du personnel navigant, qui sera pour elle un compagnon vélivole et un manager de premier plan. [7 p 114]

 
BIPLACE MASCULIN
1922
49 minutes - 21 octobre 1922 - OLLEY & ROGERS (Angleterre)
Le dernier jour du concours d'Itford- Hill (Sussex, Angleterre), samedi 21 octobre 1922, M. OLLEY (pilote de chez Handley-Page, connu en Angleterre) et ROGERS (passager) réalisent un vol de 49 minutes sur le biplan biplace Fokker FG-2, record de durée en biplace.

[Flight, 19 octobre 1922]
1931
1 h 06' - 20 août 1931 - Joseph THORET & TOURKIA (France)
THORET et TOURKIA sur AVIA 20A (planeur appartenant au Ministère de l'Air qui l'avait fait construire pour la prospection du site) à la Banne d'Ordanche
[6 p 14]
1934
2 h 11 - août 1934 - JOULIÉ & DENIZE (France)
JOULIÉ et DENIZE à la Banne d'Ordanche, à bord du biplace du Club Aéronautique de Créteil (planeur inspiré du monoplace à fuselage poutre Sablier S-19)
[6 p 14]
2 h 50 - 21 août 1934 - ROGER & DULCY (France)
Quelques jours après le précédent record ci-dessus, ROGER et DULCY sur la pente de Pujaut à bord d'un AVIA 20A
[6 p 8 et 14]
1937
13 h 59' - 26 novembre 1937 - Ernst JACHTMANN & FLOSSDORF (Allemagne)
A Wenningstedt (Allemagne)
sur planeur RM-4
Enregistré par la F.A.I. n° 4462 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
1938

19 h 08' - 04 septembre 1938 - N. MAKAROFF & B. GODOVIKOFF (URSS)
A Koktebel (Crimée)
sur planeur CH-2 n° 1
Enregistré par la F.A.I. n° 4463 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

23 h 41' - 05 septembre 1938 - Tony KAHLBACHER & Karl TAUSCHEGG (Allemagne ou Autriche ?)
A Spitzerberg
sur planeur Musger MG-9A (D-17-112)
Enregistré par la F.A.I. n° 4465 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

40 h 38' - 08 septembre 1938 - Tony KAHLBACHER & Josef FUEHRINGER (Allemagne ou Autriche ?)
A Spitzerberg
sur planeur Musger MG-9A (D-17-112)
Enregistré par la F.A.I. n° 4466 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]

50 h 26' - 09 au 11 décembre 1938 - BODECKER et ZANDLER (Allemagne)
A Rossiten
sur planeur Kranich (D-1-302)
Enregistré par la F.A.I. n° 4467 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
[7 p 127]

1939
6 h 57' - 2 aout 1939 - Adrien ROUCHOUZE et Edmond VOIRGARD (France)
La Montagne Noire, Adrien ROUCHOUZE et Edmond VOIRGARD (du C.O.B.) sur le nouveau Castel C-24S (évolution du C-24) construit par le Club Olympique Billancourt (Billancourt).
[6 p 15]
2 août 1939 Record de durée, oeuvre d'E. ROUCHOUSE et A. VOIRGARD qui à bord du C-24 Yanapour 2 tiennent à la Montagne 6 h 57' [7 p 83]
(20 septembre 1936, baptème du Castel C-24 du COB
[7 p 73]
5 avril 1936 Enfin réparé, le Castel C-24 vole à La Montagne Noire au mains de Jean THOMAS. Il est baptisé Yanapour-2. [7 p 68]
Voir p 64 pour les débuts du Castel C-24 Casoar
[7 p 64, 93]
1942
11 h 39' - 18 octobre 1942
DECROO et FOUCAUD, au centre de vol à voile de Saint-Auban (sur Durance) qui vient d'être créé par les Sports Aériens du Commissariat Général aux Sports de Vichy, à bord du Castel 242 n° 1.
[6 p 15]
Pierre DECROO, pilote d'essais à l'Arsenal de 1938 à 1940 est moniteur à Saint-Auban
[7 p 93]
C-242 [7 p 92]
1944 (ou 1945 ?)

12 h 45' - 7 décembre 1944 (ou 45 ?) - Eric NESSLER et Auguste MAZOYER (France)
Eric NESSLER et Auguste MAZOYER portent le record de France de durée en biplace à 12 h 45', sur le Kranich II de la Montagne Noire. [7 p 103][7 p 117]
[6 p 15] 5 décembre 1945 : 12 h 33' Kranich II du centre de la Montagne Noire.

1945 -
En France, un terrain au fort potentiel aérologique redevient disponible dès la fin de la guerre : c'est Saint-Rémy des Alpilles, qui dépend de l'aéro-club d'Avignon.
1946
Le premier record aux Alpilles est un record de France en planeur biplace, à l'actif de M. DEHOCQ, chef pilote de l'aéro-club d'Avignon et SOUMILLE, sur Castel C-25S. La durée du vol ne devait pas dépasser 10 ou 12 heures.
17 h 10' - 15 octobre 1946 - André DEHOCQ et SOUMILLE (France)
André DEHOCQ et son élève SOUMILLE battent (aux Alpilles) sur Caudron C-800, le record de NESSLER et MAZOYER. [7 p 107]
Le premier record aux Alpilles est un record de France en planeur biplace, à l'actif de M. DEHOCQ, chef pilote de l'aéro-club d'Avignon et SOUMILLE, sur Castel C-25S. La durée du vol ne devait pas dépasser 10 ou 12 heures. [3] Le planeur cité par Pastre n'est pas le même que Jouhaud ?
[6 p 15 et 16] 15 octobre 1946 17 h 10' sur Caudron C-900. Ajouter texte p 16
1948

28 h 50' - 23 au 24 juin 1948 - Guy de LASAGEAS et Jean NOIRTIN (France)
, par Guy de LASAGEAS et Jean NOIRTIN (record de France) à la Montagne Noire sur le C-242 n° 11 [7 p 112]

Tous les records suivants seront réalisés à Romanin les Alpilles (France).

1952
53 h 04' - 4 au 6 février 1952 - Albert CARRAZ et Jean BRANSWYCK (France)
Albert CARRAZ et Jean BRANSWYCK (mondial) sur leCastel-Mauboussin CM-7 Adour n° 2 (F-BBBR) [deux exemplaires construits] à Romanin les Alpilles
[3 p 44-45] [7 p 127]
[3] donne CM-7 n° 2 F-BBBR et [7] donne n° 1 mais pas l'immatriculation ?
[7 p 113] 22 juillet 1948, premier vol du fouga CM-7 n° 1 F-BBBR... A voir de plus près quel est le n° 1 et le n° 2 !
[Chillon-Ravel p 15 : F-BBBR CM-7 n° 2, LP 4.50. Devenu F-CBGL en 1954]

Albert CARRAZ

Jean BRANSWYCK
Enregistré par la F.A.I. n° 4461 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]Le CM-7 n° 2 est immatriculé F-BBBR lors du vol record de Carraz et Branswick. Puis il est redécoré par Branswick en noir et blanc [6 p 94-95]
1954
56 h 11' - 30 décembre 1953 au 1er janvier 1954 - Claude FRONTEAU et Jacques LEBEAU (France)

Claude FRONTEAU [6]

LEBEAU Jacques [6]
En 1954, le S.A.L.S. [Service de l'Aviation Légère et Sportive] a attribué le créneau des mois de novembre et décembre à l'équipage Claude FRONTEAU - Jacques LEBEAU. Le 17 novembre, Claude Fronteau convoie le CM-7 n° 2 de Saint-Auban à Romanin. Après deux tentatives avortées les 23-24 puis 25-26 décembre, le troisième vol sera le bon. Largués sur la pente le 30 décembre 1953 à 10 h, dans un mistral régulier, ils se posent 56 h 11' plus tard le 1 janvier 1954, battant le précédent record de CARRAZ et BRANSWYCK de 3 h 07'.
[6 p 49-552] [7 p 132]
Ce vol de durée commence mal. Peu de temps après le largage, alors que CI.Fronteau dirige le planeur vers la pente, J. Lebeau, dessanglé, installe ses coussins pour plus de confort. Soudain, "une main gigantesque saisit le planeur, le soulève et le rejette plus loin avec une sorte de dédain ... ", c'est un coup de tabac extraordinaire, inhabituel dans ce coin pourtant connu. 1. Lebeau n'a pas le temps de réaliser. Ne faisant plus corps avec l'appareil, sa tête heurte avec violence l'arceau supérieur de la verrière. Ce choc le renvoie brutalement sur le siège. Pendant plusieurs minutes, il est "groggy".
Cl Fronteau, inquiet, calme le C.M.7 et interroge: "Ca va ?" - "Oui" - "Tu saignes ?" - "Un peu" - "Bon, je me pose" - "Non, attends un moment " ...
lis ont attendu 56 h 11 (mais avant, Lebeau a mis encore une fois de l'ordre dans ses coussins ... ). [9 p 106]
Enregistré par la F.A.I. n° 4460 catégorie D2 [planeurs biplaces] "Duration without landing returning to the start point" avec le statut "ratified - superseded since approved" [8]
 
57 h 10' - 6 au 8 avril 1954 - Bertrand DAUVIN et Henri COUSTON (France)
Bertrand DAUVIN et Henri COUSTON (dernier record mondial en biplace), sur Kranich III (F-CATZ) à Romanin les Alpilles.
[7 p 134]

Le F-CATZ et Bertrand DAUVIN en bout d'aile [Collection Reginald Jouhaud]

Kranich III [6]

Louis BRUN (à droite) félicite Bertrand DAUVIN (de face) et Henri COUSTON (à gauche)
BIPLACE FÉMININ
1939
12 h 30' - 16 mai 1939 - E. ZELENKOVA et K. SAMARINA (URSS)
E. ZELENKOVA (URSS) et K. SAMARINA sur planeur Cheremetyev III-5 réalisé à Koktebel (Crimée)

Enregistré par la F.A.I. n° 11679 catégorie D2 [planeurs biplaces] avec le statut "ratified - reclassified after changes in sporting code" [8]

Le Sheremetev SH-3 à Koktebel []
En France il n'y eut pas de record établi avant la guerre. [6 p 15]
1946

7 h 21' - 23 mai 1946 - Marcelle CHOISNET et Lucienne LAFARGE (France)
Marcelle CHOISNET et Lucienne LAFARGE tiennent l'air 7 h 21' à la Montagne Noire sur le Castel C-242 du Centre : c'est le nouveau record de France.
[7 p 105]
[6 p 15] donne 1945 comme année

12 h 53' 06" - 13 juin 1946 - Madeleine RENAUD et Thérère BUQUET (France)
Le record précédent est battu par Madeleine RENAUD et Thérère BUQUET sur le même C-242, à la Montagne Noire.
Cet équipage donne à la France son premier record mondial en biplace. [6 p 15] [7 p 106]
Enregistré par la F.A.I. n° 12419 catégorie D2 [planeurs biplaces] avec le statut "ratified - superseded since approved " [8]

 
1947

16 h 03' 43" - 25 mars 1947 - Suzanne MELK et Thérèse BUQUET (France)
A la Montagne Noire, Suzanne MELK et Thérèse BUQUET portent le record féminin de durée à 16 h 03' sur le Castel C-242 n° 9 (toujours le même apparemment). [7 p 108]
16 h 34' donnée dans [6 p 15]
Enregistré par la F.A.I. n° 12418 catégorie D2 [planeurs biplaces] avec le statut "ratified - superseded since approved " [8]

Le Castel C-242 était un C-24 (ou C-24S ?) modifié (envergure raccourcie, avec une flèche positive destinée à reculer le centrage pour mieux "accrocher)
Une série de 10 exemplaires a été construite au Parc-Atelier Central de Castelnaudary (P.A.C.C.) dans les ateliers de Pont-Rouge, sous la direction de Jacques AUBRIOT. Le premier exemplaire est essayé par DIDION le 11 décembre 1941 et aussitôt mis en piste à la Montagne Noire [7 p 92]

Les records suivants auront lieu aux Alpilles.

1951
28 h 41' (ou 51' ?) - 23 novembre 1951 - Marcelle CHOISNET-GOHARD et Yvette MAZELLIER (France)
par Marcelle CHOISNET-GOHARD et Yvette MAZELLIER (féminin mondial) sur le CM-7 n° 2 F-BBBR aux Alpilles. Remorquées par Louis BRUN, elles se larguent à 450 m au dessus de Castelas à 14 h 02'. Leur ronde prendra fin le lendemain à 19 h 23', battant le record mondial détenu depuis 1947 par Mme Suzanne MELK et Thérèse BUQUET.
[7 p 125]
On ne retrouve pas ce record dans les tablettes de la F.A.I. ; pour quelle raison ?
 
1954
38 h 41'- 11 et 12 janvier 1954 - Jacqueline MATHÉ et Marinette GARBARINO (France)

Les deux championnes à leur descente du planeur [7]


Par Jacqueline MATHÉ et Marinette GARBARINO (féminin mondial) sur CM-7 aux Alpilles
Comme le CM-7 F-BBBR est toujours disponible à Romanin, MATHÉ et GRABARINO s'en servent pour ravir le record à CHOISNET et MAZELIER. Larguées le 11 janvier à 8 h 10 mn elles se posent le 12 à 22 h 49', soit 38 h 41 mn plus tard (dont 16 h 30 mn de vol dans la nuit). Louis BRUN, le chef du centre, fidèle à son habitude, est bien entendu resté à la radio pendant toute la durée du vol.


Enregistré par la F.A.I. n° 12417 catégorie D2 [planeurs biplaces] avec le statut "ratified - superseded since approved " (planeur CM-7 n° 2) [8]




Posées à 22 h 49', il ne faut pas longtemps aux championnes pour se refaire une beauté et descendre "Au Café des Arts" à Saint-Rémy pour fêter leur record.
De gauche à droite M. Carmignani, Jacqueline MATHÉ, Louis BRUN (chef du centre de Romanin), Marinette GARBARINO et le Commandant ARTOLA (de l'aéroport de Marignane)
 
COMMEMORATIONS
 
Rue Marinette GARBARINO, aviatrice française
Marignane (Bouches du Rhône, France) en 1997 (?)
[6 p 84]
2002
50e anniversaire à Romanin
18 septembre 2012
A Saint-Rémy, en présence de Charles ATGER et Marinette GARBARINO, commémoration du 60e anniversaire des vols records de 1952.
Références

[1] 10 ans de vol à voile., Claude VISSE, Saquet Ed. 1980
[3] Records pour l'éternité, Lionel PASTRE, 2004
[4] Record du monde de durée., forum Volavoile.net
[5] Start in den Wind., Peter RIEDEL,
[6] Les records de durée aux Alpilles., Jacques LERAT, Vieilles Plumes n° 15, FFVV 2003
[7] Histoire du vol à voile français., Réginald et Anne JOUHAND, Cepadues Ed. 1992
[8] Fédération Aéronautique Internationale., Records de durée en planeur, page Gliding world records (possibilité de recherches)
[9] Planeurs et Avions Castel-Mauboussin, Christian CASTELLO, Le Lézard 1993
[10] Photo et infos reçues de Richard Barthel le 19 juin 2016.
Les grandes performances du vol à voile., Les Ailes n° 1472, 17 avril 1954
DAUVIN et COUSTON sont venus nous voir., Les Ailes n° 1473, 24 avril 1954
L'équipage MATHÉ-GARBARINO bat le record féminin., Les Ailes n° 1459, 16 janvier 1954
Le bel effort d'un équipage féminin., Les Ailes n° 1461, 30 janvier 1954
LEBEAU et FRONTEAU battent le record mondial de durée., Les Ailes n° 1458, 09 janvier 1954
Après le record de LEBEAU-FRONTEAU., Les Ailes n° 1459, 16 janvier 1954
Charles ATGER a volé 56 h 15 mn., Les Ailes n° 1367, 12 avril 1952

Romanin, centre historique des records mondiaux de durée masculin et féminin., Aéro-club de Saint Rémy de Provence
60 bougies pour les vols records de Saint-Rémy., 18 septembre 2012, site Ecole de l'Air

 
Page créée le 06/12/2014, denière mise à jour le 22/06/2016
Des vieilles toiles aux planeurs modernes � ClaudeL 2003 -