Accueil
La lignée des Farman Moustique
A la fin de la première guerre mondiale, les constructeurs d'avions se sont brutalement retrouvés sans commandes et avec des stocks de pièces et de moteurs. Il leur a fallu chercher, au moins momentanément, de nouvelles activités en attendant le développement de l'aviation commerciale. C'est dans ce contexte morose que Maurice Farman se tourne vers la construction d'automobiles de luxe, tandis que son frère Henri développe des hydroglisseurs lui permettant d'utiliser les moteurs d'avions dont il disposait. En parallèle, il s'intéresse au développement d'avions légers équipés de moteurs de faible puissance, qui dans les années 1920 seront fréquemment appelés "avions de sport" ou "moto-aviettes". Les constructeurs furent incités à l'étude de ce type d'appareils par quelques grands journaux de l'époque qui organisèrent des concours dotés de prix alléchants, pas seulement en France, mais aussi au Royaume-Uni (avec les Prix du Daily Mail), en Allemagne (avec les concours de la Rhön) et dans d'autres pays européens. En France, l'hebdomadaire Les Ailes fut un ardent promoteur de l'aviation à petite puissance, et Le Matin et le Petit Parisien à l'origine de Prix, dont les plus connus sont certainement "La double traversée de la Manche" (Prix du Matin), "Le Grand-Prix du Petit Parisien des moto-aviettes" (en 1923), ou encore "Le Tour de France des moto-aviettes" (en 1924).
C'est ainsi que pendant une quinzaine d'années, de 1919 à 1935, les Farman produiront une lignée de moto-aviettes connues sous le nom de "Moustique".
[17] L'avion de sport, L'Aérophile 1-15 août 1919
 
1919 - Le premier Farman Moustique

Dans la revue L'Aérophile n° 15-16 1ier-15 août 1919 [17], on peut lire :
" Depuis fort peu de temps, enfin nous possédons en France un de ces séduisants coucous, et nous pouvons être sûr que cet appareil fera bientôt parler de lui. En effet, Henri FARMAN met actuellement au point un tout petit avion, le "Moustique", avec la pensée que ce joli oiseau jouera dans la locomotion aérienne le rôle que tient la motocyclette dans la locomotion automobile. L'excellent BOUSSOUTROT, qui pilote le « Moustique », a volé, voici fort peu de temps, plus d'une heure, et cela à 1.500 mètres d'altitude, descendant de cette hauteur en un vol plané impeccable.
Ce petit appareil mesure 5 mètres d'envergure et pèse, à vide, 100 kilogrammes, ce qui en l'empêche pas d'enlever à la vitesse de 110 kilomètres à l'heure ses 130 kilos de charge utile. Quand au moteur, il est digne de l'avion puisque c'est un A.B.C. à deux cylindres opposés, à refroidissement par air, développant 30 HP.
Mais Farman, jamais satisfait, n'est pas encore heureux des résultats obtenus, il espère faire beaucoup mieux encore et construit actuellement dans ce but un autre « Moustique », biplace, celui-là, qui aura d'ailleurs les mêmes particularités que le monoplace.
"
Remarque : les specs, envergure et masse à vide semblent erronées ?
C'est ainsi que la première moto-aviette Farman, baptisée « Moustique » vole pour la première fois en mai 1919.


Farman Moustique de 1919 [1]
Notons le gouvernail sans dérive de forme arrondie, la faible hauteur du fuselage, et le petit pylône support des haubans

Farman Moustique de 1919 [L'Aérophile n° 15-16, 1ier et 15 août 1919] [17]
On remarque les cocardes tricolores bien visibles sur les deux ailes.
Description

[1] [2] [3]
Le Moustique est un monoplan à aile médiane, avec un fuselage caisse de section carrée, entièrement revêtu de contreplaqué mince.
Le train d'atterrissage est composé de deux panneaux en spruce (épicéa) portant deux roues reliées par un essieu.
Les ailes sont de forme rectangulaire soutenue à l'extrados et à l'intrados par un ensemble de câbles. Les haubans supérieurs sont attachés à un petit pylône fixé sur le capot surélevé et incurvé devant le cockpit. Les haubans inférieurs sont fixés au train d'atterrissage.Les ailerons s'étendent sur toute l'envergure [ailerons "full span"]. Revêtement en toile.
Le stabilisateur horizontal de forme rectangulaire est haubanné comme les ailes. Les gouvernes de profondeur sont indépendantes.
Le gouvernail de direction est monobloc (il n'y a pas de dérive fixe) et placé entre les volets de profondeur.
Toutes les surfaces sont entoilées. Toutes les commandes sont assurées par des câbles.
Remarque : le Moustique était un appareil civil et on peut être étonné de voir que des cocardes sont peintes sur les ailes. Ceci s'expliquerait par le fait que l'appareil a été utilisé par des militaires... [retrouver la référence]

Spécifications

D'après Aviafrance [2]
Envergure 7,65 m
Longueur 5,75 m
Hauteur 1,55 m
Surface 10,80 m2
Masse totale 250 kg
Equipé d'un moteur ABC Scorpion (2 cylindres à plat développant 30 CV).

D'après "Liron" p 224 [1]
Envergure 7,65 m
Longueur 5,75 m
Hauteur 1,55 m
Surface 10,80 m2
Masse totale 250 kg
Vitesse maximale 105 km/h
Moteur ABC Scorpion 30 CV


S'agit-il de la version 1919 ou 1920 ?[La Vie aérienne illustrée, 2 octobre 1920] [15]
Par rapport à la taille du pilote l'envergure pourrait être estimée à environ 7 mètres (?)
Remarquons les roues à rayon que l'on ne voit sur aucune autre photo quelle que soit la version.
Le moteur A.B.C. Scorpion 30 CV
[4] [5]
Ce premier avion était propulsé par un moteur bicylindre à plat ABC Scorpion de 30 CV (22 kW).
Ce moteur dessiné par l'ingénieur britannique Granville Bradshaw [1887-1969] [6] pour une utilisation spécifique sur des avions légers était construit par la firme ABC Motors Limited.

Le moteur ABC Scorpion
Ici monté sur l'ANEC II de la Shuttleworth Collection [5]
Modèle réduit
*** Farman Moustique 1 par Peter Rake, 2015
Envergure 540 mm (21")
L'article et le plan sont en libre téléchargement sur le site Outerzone [0z10899]

Plan de Peter Rake [38]
1920 - Le Farman HF-206 Moustique I
[1]
L'année suivante, en 1920, des essais ont été menés par Lucien BOSSOUTROT, avec le Moustique doté d'une voilure réduite à 5 mètres d'envergure afin de gagner en poids (environ 20 kg furent ainsi gagnés). L'appareil fut renommé Farman HF-206 Moustique I. Aucune autre modification ne semble avoir été apportée au Moustique.
On ignore si les ailerons étaient encore full span sur ces ailes réduites.

Le HF-206 « Moustique I » (envergure 5 m) testé en 1920 par Lucien Bossoutrot [1]
Spécifications
D'après "Liron" p 224 [1]
Envergure 5,00 m
Longueur 5,75 m
Hauteur 1,55 m
Surface 10,80 m2
Masse totale 230 kg
Vitesse maximale 110 km/h
Moteur ABC Scorpion 30 CV


Lucien Bossoutrot présente le HF-206 [La Vie Aérienne illustrée, 6 novembre 1920] [16]

Modèles réduits

*** En août 1986, la revue Flying Models publie un plan et un article intitulé "1920 Moto-Aviette" (A Nats winning F/F gas scale design with character) signé par Larry Kruse.
Ce modèle de vol libre a une envergure de 558 mm (22"). Le moteur est à gaz (CO2)
L'article et le plan sont en libre téléchargement sur le site Outerzone [0z7365]


Le modèle réduit "Farman 1920 Moto-Aviette" de Larry Kruse. [Flying Models, 08/1986]

Le plan et l'article indiquent explicitement qu'il s'agit de la moto-aviette de 1920.
Mais on peut facilement vérifier sur le plan que les proportions de l'envergure et de la longueur du fuselage ne correspondent pas à cet appareil,
ni d'ailleurs au Moustique de 1919.

Ces incohérences ont été notées par le modéliste américain Bill Hannan qui en croisant photographies et diverses sources [L'Aérophile, août 1919 ; La Vie aérienne illustrée, 2 octobre et 6 novembre 1920 ; Les avions Farman, Liron 1984 [1] ; photos Musée de l'air et de l'espace] a pu dessiner un plan que l'on peut considérer comme plus juste bien que les envergures qu'il donne (7 m et 5,75 m) ne correspondent pas non plus aux spécifications des références précédentes (7,65 m et 5,0 m respectivement)..

[via Sylvère Maisse - 18/12/2020]
*** Plan Traplet en vente sur le site Traplet.com
Le modéliste Peter Rake a une fois de plus conçu un un petit mais efficace modèle électrique R/C (2 x 9 g servos), facile à construire.
Envergure 940 mm ; Motorisation Graupner Speed 400 + 2.33:1 g/box

Modèle d'après plan Traplet
1922 - Planeur Farman Moustique (Combegrasse)

[7 p 72-74]
A la fin de l'année 1921, l'Association Française Aérienne (A.F.A.) annonce qu'un Congrès expérimental de vol sans moteur sera organisé durant l'été 1922 (en août), près de Clermont-Ferrand, au pied du Puy de Combegrasse. Les frères Henri et Maurice Farman décident de participer (on ne sait pas quelle part est due à chacun d'eux dans ce projet) et construisent à cet effet un planeur, qui sera inscrit sous le nom « Farman Moustique » [numéro de concours 19].


Présentation du Farman Moustique au camp Mouillard - Congrès expérimental de Combegrasse, août 1922 [Coll. Pascal Broc]
Lucien Bossoutrot installé dans le cockpit. Près de l'empennage ?

Vue de trois-quart arrière [7]
Description

[7]
L'appareil est dérivé du Moustique Farman de 1919 sensiblement modifié.
Le fuselage de forme "caisse" est revêtu de contreplaqué, seul le dessous à l'avant, un peu arrondi, est entoilé ; Il est plus haut que celui de l'aviette précédente, de sorte que seule la tête du pilote dépasse au-dessus du bord d'attaque de l'aile.
Cette aile est beaucoup plus grande que celle de la moto-aviette, l'envergure étant de 10,50 m. Elle est rectangulaire et ne présente aucun dièdre ; le longeron principal court sur toute l'envergure, et passe juste devant le cockpit. Les ailerons, fixés sur un faux longeron, sont de grandes dimensions nécessitant des commandes doubles. Ils « répondent» fort bien. Des haubans en corde à piano, aboutissant à un pylône tripode en tubes d'acier, assurent la rigidité de l'aile.
Le stabilisateur horizontal est formé d'un plan fixe rectangulaire.Les deux gouvernes de profondeur ont été agrandies et deviennent débordantes. Le gouvernail de direction, maintenant de forme trapèzoïdale, est monobloc et ne comporte pas de dérive fixe. Toutes les commandes se font par câbles.
Le train d'atterrissage qui comprend deux roues, amorties par des sandows, est relié au fuselage par un chassis entièrement caréné. Ce carénage est formé de deux panneaux en contreplaqué qui jouent le rôle de dérives, et améliorent la stabilité en lacet du planeur.
La construction du monoplan Farman est extrêmement intéressante puisque tout en ayant un coefficient de sécurité amplement suffisant, l'appareil ne pèse que 43 kg à vide.


Le Farman Moustique en vol à Combegrasse [7]
L'aile a un grand allongement (pour l'époque) nécessitant un important haubannage.
On note aussi les gouvernes de profondeur débordantes

Lucien Bossoutrot et le Moustique en vol au-dessus du public de Combegrasse [41]

Spécifications

D'après [7]
Envergure: 10 m.
Longueur : 6 m.
Surface : 12 m2.
Poids à vide: 43 kg.
Charge alaire : 7 kg/m2 environ.
D'après [1 ]
Envergure: ?
Non précisée
Longueur : 6 m.
Surface : 15 m2.
Poids à vide: 43 kg.

Plan 3 vues du planeur Moustique de Combegrasse [dessin Réginald Jouhaud, Vieilles Plumes n° 8]

Le Farman Moustique prend la pose en vue de trois-quart avant, sur fond de Puy de Combegrasse [7]
Les performances à Combegrasse

[8] [9]
L'unique planeur "Moustique" avait été construit et préparé spécialement pour participer au Congrès expérimental de Combegrasse, en août 1922. Aux mains de Lucien Bossoutrot, le monoplan Farman a brillé durant ce Congrès. Jugez-en plutôt :
- Plus long vol : 5 minutes 38 secondes (premier)
- Totalisation des temps de vol : 48 minutes 25 secondes (second)
- Vol de distance : 5,180 km (second)
- Plus faible vitesse de chute : 47 cm/s (premier)
- Gain d'altitude : 80 m (premier)
- Précision d'atterrissage : posé dans la cible (premier)
Le Moustique, avec Lucien BOSSOUTROT comme pilote, réalisa le 19 août 1922, durant le Congrès de Combegrasse, le premier vol thermique français, avec un vol de 5 minutes et 18 secondes.
[9] Voir le compte-rendu détaillé : Le Congrès expérimental de Combegrasse. Site Vieilles Toiles
[8] Le détail des vols du Moustique : Les machines du Congrès expérimental de Combegrasse. Site Vieilles Toiles

Après la fin du Congrès de Combegrasse, le Moustique transporté au Puy de Dôme, réalisera, avec Bossoutrot aux commandes, un vol de 7 minutes sur une distance de 5,280 km, avec atterrissage au pied du Puy, 630 mètres plus bas.

Remarque : Outre le Moustique, étaient également inscrits au Congrès expérimental de Combegrasse deux biplans Farman Sport prévus pour être démotorisés.

Signalons aussi que le planeur Moustique s'adjugera, pour quelques jours seulement (*), le record de durée, le 23 janvier 1923, tenant l'air 3 heures 31 minutes à Dannes-Cammiers, près de Boulogne-sur-Mer, en profitant de l'effet de pente sur les collines de la région. [10]
(*) En effet, Alexis Maneyrol réalisera à Vauville, le 29 janvier, avec le monoplan Peyret, un vol de 8 h 5 m 50 s.



Lucien Bossoutrot prêt à décoller du sommet du Puy de Combegrasse [Coll. Pascal Broc]
Remarquons le tube de Pitot installé au sommet du pylône supportant les haubans.
Modèle réduit de Sylvère Maisse
[10]
Echelle 1/5
Envergure 2000 mm ; Surface 58 dm2 ; Profil Eppler 392
Longueur : 1,14 m
Masse 2950 g ; charge alaire 50,8 g/dm2 ;
Sylvère a réalisé un vol puis a fait don de son modèle au Musée Région de l'Air (Espace Air Passion), Angers-Marcé, le 12 avril 2009.
Le Farman Moustique de 1922, par Sylvère Maisse, Magazine du Musée Régional de l'Air, n° 108, automne 2011 [10]

Le modèle de Sylvère Maisse [Musée Régional de l'Air - Espace Air Passion, Angers-Marcé, 2012]

[10]

[10]
1923 - Les moto-aviettes Farman Moustique

[1]
Bien que seul planeur construit par Farman, le Moustique fut la base des 3 moto-aviettes suivantes, construites en deux mois, en 1923, en vue de leur participation au Grand Prix du Petit Parisien de la Moto-aviette, qui devait avoir lieu du 13 au 15 juillet 1923. Les trois appareils sont contrôlés le 4 juillet [résistance statique-poids] par l'ingénieur Romanet du Service Technique de l'Aéronautique [STAé].


Une moto-aviette Farman Moustique équipée du moteur Sergant 4 cylindres en ligne, bien caréné
Deux aviettes de ce type ont participé au Grand Prix du Petit Parisien de la Moto-aviette (avec les numéros 13 et 17, pilotes Bossoutrot et Drouhin) []

Farman Aviette à moteur Salmson AD 3 ; Grand Prix du Petit Parisien de la Moto-aviette [Aviafrance]
Description
Ces appareils sont similaires au planeur de Combegrasse, sur lequel a été adaptée une motorisation.
- Un moteur radial Salmson AD 3 cylindres en étoile, a été monté sur l'un d'eux [n° 4 du Grand Prix du Petit Parisien]
- Un moteur Sergant 4 cylindres en ligne, sur les deux autres [n° 13 et 17 du Grand Prix du Petit Parisien].


Nez de la moto-aviette Farman 1923 équipée du moteur Sergant [13]
Caractéristiques
D'après [1]
Envergure: 10,50 m.
Longueur : 5,70 m.
Surface : 15 m2.
Poids à vide: 125 kg
[moteur Sergant] et 100 kg [moteur Salmson AD3].

Moto-aviette Farman 1923 à moteur Sergant [1]
Motorisation Salmson AD-3
[9] [12]
3 cylindres en étoile ; Refroidissement par air.
Masse : 34 kg
Cylindrée : 1000 cm3
Puissance : 12 kW (16 CV) à 2400 tours/minute
Rapport de compression : 5,5.:1
Consommation spécifique : 250 g/CV/heure
Consommation d'huile : 15 g/CV/heure
Rapport puissance/poids : 0,35 kW/kg

Avant de l’aviette Farman Moustique à moteur Salmson AD 3 [1][12]

Le Salmson AD-3 monté ici sur la moto-aviette Dewoitine D-7 n° 17 - Concours de Vauville 1923 []

[Flight, février 1924]

Salmson AD-3 - En exposition au Deutsches Museum Munich-Oberschliessheim
Notons la forme de l'hélice !
Motorisation Sergant type A

[13] [14]
4 cylindres en ligne ; Refroidissement par air.
Masse : 46 kg
Alésage 54,5 mm
Course 80 mm
Cylindrée : 760 cm3
Puissance : 12 kW (16 CV) à 3200 tours/minute
L'hélice est montée sur un moyeu démultiplié par pignons droits, faisant suite au volant en acier calé sur l'arbre. Les trois réductions sont de 14/35, 15/34 et 16/33, ce qui, à 3200 tours, donne à l'hélice 1275, 1410 et 1540 tours. Le refroidissement est assuré d'une manière originale : une buse ouverte vers l'avant canalise l'air dans une cheminée dont la forme et la section distribuent également le courant d'air à tous les cylindres qui portent des ailettes verticales.

__
Moteur Sergant type A
Le Grand Prix du Petit Parisien de la Moto-aviette
[39] [40]
1923 – Grand Prix du Petit Parisien de la Moto-Aviette (Buc, 13-15 juillet 1923)
En 1923, trois Aviettes motorisées ont participé au « Grand Prix du Petit Parisien de la Moto Aviette » à Buc, Yvelines.
L'une était équipée du moteur 3 cylindres radial Salmson 3 Ad et les deux autres du 4 cylindres en ligne Sergant A. Ce Grand Prix a été remporté par la moto-aviette Farman Moustique n° 4, à moteur Salmson.

Maurice DROUHIN devant la moto-aviette à moteur Sergant qu'il a pilotée lors du Grand Prix de la Moto-aviette (numéro de concours 17) (15 juillet 1923)
[Les Ailes n° 163]
Autres performances

Les « aviettes de Buc » réalisèrent d'autres performances :
Le 8 août 1923, sur le Farman n° 4 vainqueur à Buc (moteur Salmson), Lucien COUPET fait une montée à 3400 mètres
[j'ignore dans quel cadre].
Ce record (?) fut battu 20 jours plus tard par Maurice DROUHIN à bord de l'aviette Farman à moteur Sergant qui atteignit 3500 mètres. [1]

Drouhin encore, s'adjugea, avec l'aviette Farman à moteur Salmson cette fois, le Prix Solex de 50.000 francs, le 1ier avril 1925 : il effectue la liaison Paris-Rouen avec une consommation d'essence et d'huile inférieure à 3 kg.
Chercher infos sur le Prix Solex


1924 - Farman F-21 Moustique II
En 1921, Farman construit deux moto-aviettes dérivées du HF-206, désignées F-21 "Moustique II". L'une d'elle gagnera le Tour de France 1924.

F-21 n° 8, vainqueur du Tour de France, pilote Maurice DROUHIN []
Spécifications
D'après [1] [20]
Envergure 8,20 m.
Ailerons de petite taille.
Longueur 5,40 m
Hauteur 2,06 m
Surface alaire 10 m2
Masse à vide 115 kg (masse totale 220 kg)
D'après [19]
* Envergure 7 mètres,
Longueur 5,5 m
Surface 10 m2

Farman F-21 Moustique II [19]
Moteur Anzani A2

Les deux moto-aviettes F-21 ont été équipées d’un moteur radial Anzani A2 à 3 cylindres en étoile, développant une puissance de 35 CV (26 kW).

__
Moteur Anzani en Lambda, musée royal des armées, Bruxelles,état actuel. [Cliché Gérard Hartmann, mars 2006)] [18]
Le Tour de France des moto-aviettes (1924)
Les deux aviettes participèrent au Tour de France 1924.
Maurice DROUHIN devait piloter la n° 8 (F-ESAL) et LANDRY la n° 11 (je n'ai pas trouvé l'immatriculation).
DROUHIN, qui fut le seul concurrent qui put réaliser le parcours, remporta cette compétition pour avionnettes en couvrant les 1807 km du parcours en 20 h 41 mn 27 s de vol.
Remarque : Un seul F-21 (F-ESAL) répertorié par « Liron » p 233 [1]
[voir dossier « Moto-aviettes/Tour de France 1924]

Tour de France 1924 - Drouhin arrive à Aulnat (Clermont-Ferrand) au terme de la première étape [source ?]
Modèles réduits
Dans Les Cahiers du Cervia n° 32 Roger Aime présente un plan F-21 Moustique II, (vainqueur du Tour de France 1924), F-ESAL, formule "Cacahuette".

Dessin Roger Aime [22]

Plan Roger Aime [22]

Construction de Jiro Sugimoto du Farman F-21, sur plan de Roger Aime [22]
1935 - Farman F-450

[1 p 230][22]
Polarisés dans la technique des années vingt pour l'avion économique de faible puissance, les frères Farman offrirent en 1935 le F 450, réintroduction sur le marché du tourisme aérien du « Moustique» de 1923 (3). Le F-450 n° 1/7486 vola pour la première fois en décembre 1935 avec un moteur Poinsard 2Ca à deux cylindres opposés à plat, développant 35 CV.
N'ayant pas montré des qualités de vol évidentes, le F-AONH fut renvoyé en usine pour, modifié, être reçu au CEMA le 4 février 1936 et obtenir le 4 mai suivant le certificat de navigabilité n° 9810.
Tandis que quatre autres F-450 se trouvaient en cours d'achèvement de construction, le F-450 n° 1, ayant été doté d'un Mengin de 35 CV, également à deux cylindres opposés, servait à tester en 1938 les gouvernes autoptères ECA de Marcel Gianoli, ex-ingénieur aux Avions Couzinet. Un servo-tab permettait, en évitant tout dérapage nomentané, d'obtenir une stabilité quasi automatique, latéralement et longitudinalement. Ce procédé, efficace à court terme seulement, n'eut qu'un succès limité.

Outre le n° 1 F-AONH, deux autres immatriculations de F-450 sont connues : F-AROI (n° 4) et F-ARPA (n° 5) [1] [27]


F-450 n° 1, F-AONH [Coin de Ciel]
Le moteur est peut-être le Mengin 35 CV (?)
Notons la dérive fixe et le gouvernail de direction avec l'extrémité supérieure arrondie, qui seront modifiés sur le modèle de série (F-451)
Description
Le F-450 n° 1, à voilure rectangulaire avec un dièdre de 4° et haubannage souple, était bâti en spruce et contreplaqué d'okoumé avec recouvrement en toile pour les ailes et les empennages.
Il est fort probable que ce prototype était peint entièrement en rouge, avec des marquages blancs.

F-450 n° 1 équipé du moteur Poinsard 35 CV [27]
Spécifications
D'après [1] [24]
Envergure 8,07 m ; Certains des cinq appareils ont pu avoir une envergure de 7 mètres [27]
Longueur 6,60 m ;
Hauteur 2,10 m ;
Surface 10 m2
Masse à vide 140 kg ;
Masse totale 320 kg
Vitesse maxi 130 km/h ;
Autonomie 350 km
Consommation 7 L/h
Nombre construits : 5
Décollant en 60 m, se posant en 70 m après franchissement d'un obstacle de 8 m, il montait à 360 m en 2 mn 50 s.
Motorisation

En 1933 le motoriste René POINSARD vient de mettre sur le marché un moteur de 25 CV qui ne pèse que 35 kg pour un encombrement très réduit et une fiabilité acceptable.Le moteur initialement monté sur le prototype F-AONH était un Poinsart PN 2 Ca de 35 CV. Moteur à 2 cylindres à plat. [25][26]
Puis il fut remplacé ultérieurement par un Mengin de 35 CV.


F-450 F-AONH, moteur Poinsard 35 CV [27]

Poinsard type B (1250 cm3, 25 CV) [25][26]

Cet appareil est bien marqué "F 450". Il s'agit vraisemblablemet d'un des 4 exemplaires construits après le prototype ? [24]
On ne voit malheureusement pas le haut de la dérive. Le moteur serait un Mengin 35 CV.

F-450 n° 1, F-AONH [Les Cahiers du Cervia n° 75]
Modèles réduits
Roger Aime a publié dans Les Cahiers du Cervia n° 75 un plan du Farman F-450 n° 1, F-AONH (formule Walnut électrique)


F-450 n° 1, F-AONH [Les Cahiers du Cervia n° 75]

Modèle construit par Alain Parmentier [Les Cahiers du Cervia n° 87]

Roger Aime revient sur le Farman F-450 dans Les Cahiers du Cervia n° 87 :
"
Avec l'autorisation de Bill Hannan, Roger Aime reviens aux sources de la Cacahuète. C'est en 1979 que Bill Hannan commença à s'intéresser au F-450, en utilisant des documents originaux fournis par Alain Parmentier er le regretté Jojo Chaulet. Il en réalisa des modèles de toutes tailles, mais le plan de ce modèle assez simple eut une influence certaine sur les débuts du mouvement Pnut. Ce peut être pour nous une façon de clore les articles sur le concours des moto-aviettes de 1923, car le F-450 en est l'héritier lointain, avec plus de puissance et de fiabilité. Cinq seulement ont été construits, mais le 451 à moteur AVA, train et dérive modifiés à connu 45 exemplaires."

Profil du F-450 n° 1 - Dessin de Bill Hannan [27]

Dessin de Bill Hannan [27]
*** Autre plan :
MRA n° 449 (1975) Reprise d'un plan de Maurice Mouton du MRA n° 232 FARMAN MOUSTIQUE 1/2 - ANDRE MERITTE
1936 - Farman F-451

[1 p 230] [23]
Dans le cadre du programme de l'Aviation Populaire, l'état français passe commande de 36 exemplaires de la version de série du F-450, dénommée F-451.
L'appareil de série différait peu du F-450 : réduction de 20 cm de la longueur du fuselage, poids au décollage moindre et motorisation par un AVA 4Aoo de 25 CV avec une hélice Merville série 639. D'autres F-451 furent achetés par des particuliers, séduits par sa formule économique, l'appareil étant alors vendu 19.800 F. Il était précisé, dans la notice publicitaire, qu'une soute arrière « pour permettre le transport d'un chien» pouvait être installée sur option !
Au Salon de l'aéronautique 1936 on pouvait voir, sous l'aile gauche de l'avion Farman F-224, le F-451 n° 17 en livrée d'un blanc éclatant.


Publicité Farman [29]

Farman F-451 [L'Aérophile janvier 1942]
Spécifications
Envergure 8,07 m ;
Longueur 6,40 m ;
Hauteur 1,90 m ;
Surface 10,50 m2
Masse à vide 151 kg ;
Masse totale 285 kg
Vitesse maxi 130 km/h ;
Autonomie 350 km
Nombre construits : 45

Farman F-451 [L'Aérophile, février 1938]
Production

[1] [29]
Au total, une série de 45 F-451 fut construite en 1936-1937 [dont les 36 commandés par l'état français]. Les appareils étaient construits à Billancourt, dans les ateliers de la firme "Farman". Puis en 1937, après la nationalisation de Farman, la production fut achevée par la SNCAC [Société Nationale de Constructions Aéronautiques du Centre, créée le 1 février 1937].

Immatriculations
des F-451 répertoriées par [1 p 241, 242]
F-AOOF                      n° 1/7495     (premier de la série [1 p 241])
F-AOZT                      n° 2/7503
F-APAP                       n° 4/7505
F-APAQ                      n° 5/7507
F-APDS                      n° 6/7509
F-APIX                       n° 10/7511
F-APIY                       n° 11/7512
F-APIZ                         n° 12/513
F-APJA à F-APJV       n° 13 à 34
F-APJX                       n° 35
F-APIY                       n° 36
F-APJZ                         n° 37
F-APKA à F-APKH    n° 38 à 45
F-APJR         
Remarque : The German civil register indicates the existence of a Farman aircraft, unspecified type, registered D-APJF. But the French register indicates that the F-APJF was Farman 451 No. 7519.18. So we can think that this plane could have been simply manipulated by a touch of paint to replace the letter "F" with a "D". This is however, an assumption that no document supports it. [29]


[?]

Farman F-451 F-APKH moteur AVA 4A-00 [37]
L'appareil porte les couleurs de la Section d'aviation populaire de l'Aéro-Club d'Ille et Vilaine. Il porte d'ailleurs à la fois l'insigne de l'Aéro-Club et celui des SAP.
Photo prise pendant la guerre (1940 ?), un soldat allemand est aux commandes
Motorisation AVA 4A-00

[28]
La série des F-451 a été équipée d'un moteur Ava 4A-00, 4 cylindres à plat (flat-four), deux temps.
Puissance 25 CV (19 kW).
Hélice bipale Merville Srs.639.
Alésage : 70 mm
Course : 70 mm
Cylindrée : 1080 cm³
Poids total : 35 kg
Remarque : la feuille publicitaire ci-dessus propose deux motorisations : AVA 30 CV ou MANGIN 35 CV


Moteur AVA [28]
_
[Les Ailes 26 mars 1936] et à droite [?]
Modèles réduits
*** Cacahuette, André Meritte, MRA n° 449

*** Farman F-451 F-APJR
Modèle à l'échelle 1/2 (envergure 4,25 m) de Larry Klingberg (USA), premier vol en 2007          


Larry Klingberg se préparer pour le premier vol [35]
*** 1936 Farman 451 Moustique
par Emmanuel FILLON
Plan en format A4 extrait du Bulletin des 4A "spécial Emmanuel Fillon"
Envergure 600 mm
Page extraite du bulletin des 4A "Spécial Fillon"


Farman F-451 (moteur AVA) dessiné par Emmanuel Fillon [42]
*** 1936 Farman 451 Moustique
par Hurst Bowers
F-APDS n° 6
(indiqué sur le plan)
Flyline , Scale model for radio control and .049 engine.
Téléchargement sur Outerzone 0z2056 [31]
Envergure 990 mm (39”)


Plan Hurst Bowers, [31]

1936 - Farman F-455 Super Moustique

[1 p 90, 230]
En 1936, parallèlement au F-450/F-451, Farman développe une version biplace côte à côte, double commande du Moustique, le F 455 « Moustique III » ou encore « Super Moustique". Il était proposé à un prix de 30.000 francs. Mais ce fut un échec commercial total. Cet échec peut s'expliquer par un manque notoire de performances en montée mais aussi par un manque de temps pour la mise au point de l'appareil. En effet dans l'année 1936 le gouvernement français avait décidé de la nationalisation de l'industrie aéronautique française et le bureau d'études des avions légers chez Farman vivait ses dernières semaines avant sa fermeture [la nationalisation fut effective en février-mars 1937].
L'unique F 455, immatriculé F-AOYL est préservé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget. Après restauration il a été suspendu dans le hall E du musée
(dans les années 1990 ?)


Farman F-455 F-AOYL - Musée de l'Air et de l'Espace, Le Bourget [Wikipedia]
Spécifications
Envergure 9,72 m (soit une augmentation de 1,65 m par rapport au F-451)
Longueur 6,63 m
Hauteur 2,10 m
Surface 12,60 m2
Masse à vide ? kg
Masse totale ? kg
Vitesse maxi 150 km/h
Autonomie 320 km

Dessin 3 vues Alain Parmentier (?) [34]
Motorisation
Le Super Moustiquel fut équipé d'un moteur Mengin MG 2 A-01, développant 35 CV (26 kW), plus puissant que l'AVA du F-451. Mais son taux de montée était faible, et les performances n'étaient pas au rendez-vous. [1]
En fait, le moteur monté sur le F-455 visible au MAE n'est pas un Mengin mais un Praga
[C'est écrit sur les cache-culbuteurs]
]
Le moteur Praga [33]

Moteur Prada - Quel est le dispositif noir fixé sous le carter ? [34]
Modèle réduit
Dans Les Cahiers du Cervia n° 55, on trouve un plan de Roger Aime au format "Walnut électrique" [34]

[34]
Sources documentaires

[1] Les avions Farman, Document Docavia n° 21, Liron, J.L. . Éditions Larivère, Paris 1984. pp. 86–91.
[2] Farman 'Moustique'. Site Aviafrance
[3] Farman Moustique, site Wikipedia
[4] ABC Motors, site Wikipedia
[5] ABC Scorpion, Wikipedia .
[6] Granville Bradshaw, Wikipedia ,
[7] Le vol à voile et l'A.F.A. ; Rapport officiel du Congrès expérimental de Combegrasse (1922),
[8] Les machines du Congrès expérimental de Combegrasse. Site Vieilles Toiles , descriptions des planeurs participants
[9] Le Congrès expérimental de Combegrasse. Site Vieilles Toiles , organisation du concours et résultats
[10] Le Farman 19 Moustique de 1922. par Sylvère Maisse. Magazine du musée régional de l'Air n° 108, automne 2011. [via Sylvère, 20/12/2020]
[11] L'exploit de Barbot, par Georges Hartmann Site Hydroretro. Prix du Matin, double traversée de la Manche
[12] Salmson AD.3, Wikipedia
[13] Les moteurs de petite puissance. L'Aéronautique n° 52, septembre 1923. Clerget 2-A, Salmson AD-3, Sergant et Vaslin.
[14] Le moteur Sergant, Les Ailes n° 114, 23 août 1923.
[15] La Vie aérienne illustrée, 2 octobre 1920. Photo Farman Moustique 1919.
[16] La Vie aérienne illustrée, 6 novembre 1920. Photo Farman Moustique 1920.
[17] L'avion de sport . L'Aérophile 1-15 août 1919.
[18] Les moteurs Anzani, par Gérard Hartmann. Site Hydroretro.
[19] Light airplanes of France, Germany, Italy, Belgium, Holland, Czeskoslovakia and Lithuania, Mémorandum NACA n° 301, 1925
[20] Farman F-21 'Moustique' II" . Site Aviafrance (Bruno Parmentier).
[21] F.21 "Moustique II" . Site Coin de Ciel.
[22] Les Cahiers du Cervia n° 32. Plan du F-21 formule "Cacahuette"..
[23] F.450 Moustique . Site Coin de Ciel. Texte + 8 photos + plan 3 vues
[24] Farman F-450 'Moustique' . Site Aviafrance. (Bruno Parmentier). Photo + specs
[25] Description du moteur Poinsard , Norbert Mosson. Site Pouguide. Description détaillée du type B de 25 CV.
[26] Moteur Poinsard-Mengin. Site Les aéroplanes 44. Description du moteur de 1933 (type B ?) de 25 CV.
[27] Le Farman F-450 Moustique n° 1 de Roger Aime. Site Echelle cacahuette. Les Cahiers du Cervia n° 87, automne 2017. Note, photos, plan 3 vues.
[28] AVA 4A-00. Site Belgium Aviation Preservation Association. Description et photo du moteur
[29] Farman F.451 "Moustique". Site Histaviation.
[30] Les premiers essais du Moustique Farman. Les Ailes 26 mars 1936. Site Histaviation.
[31] Farman Moustique. Plan Hurst Bowers. Site Outerzone.
[32] Farman 488 Super Moustique. Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget. Site MAE.
[33] Музей в Ле-Бурже ч.20 : Farman F-455 Super Moustique. Page de Igor113. Site LiveJournal.
[34] Farman F-455. Site Echelle cacahuette. Les Cahiers du Cervia n° 55, octobre 2009. Photos, plan 3 vues et plan "Cacahuette".
[35] Half scale Farman Moustique. Site YouTube. Vidéo (6' 32'') premier vol d'un modèle au 1/2.
[36] Farman F-451. Site Echelle cacahuette. Les Cahiers du Cervia n° 07, septembre 1997. Fiche documentaire.
[37] Farman F.451 Moustique. Site Aviation ancienne. Photo F-APKH.
[38] Farman Moustique I. Plan Peter Rake. Site Outerzone.
[39] Le Grand Prix de la moto-aviette, Les Ailes n° 108, 12 juillet 1920.
[40] Lucien Coupet sur Farman-Salmson vole 300 km, Les Ailes n° 109, 19 juillet 1920.
[41] La storia dell'Aliante (1915-1945), tome 2, Giorgio Zanrosso, Egida 1995. Page 30
[42] Farman F-451 'Moustique' . Bulletin des 4A [Association des Amateurs d'Aéromodèles Anciens], spécial "Fillon". Site Bulletins des 4A. Plan A4 au 1/3

Page créée le 19/12/2020, dernière modification 22/06/2021
Des vieilles toiles aux planeurs modernes © ClaudeL 2003 -