Accueil
Platz Zeilvliegtuig

Vol sur les dunes de Vissingen, via [1]

Année du premier vol : 1923
Pays : Hollande
Développement :

Reinhold PLATZ

Caractéristiques
Tryptique
Historique
Photothèque

Références

Vers page Maquette(s)


CARACTÉRISTIQUES
  Type : Zeilvliegtuig Atelier de fabrication : construction personnelle  
  Envergure : 6,60 m Vitesse minimale : --- km/h  
  Longueur : xx,xx m Vitesse maximale : --- km/h  
Hauteur : xx,xx m Taux de chute mini : xx m/s à xx km/h
  Allongement : xx,xx Finesse max : xx à xx km/h  
  Surface alaire : 16,0 m² Profil d'aile : Voilures en toile souple  
  Charge alaire : xx,x kg/m² Nombre de sièges : 1  
  Masse à vide : 40 kg Nombre de machines construites : ?  
  Masse maximale : xxx kg Années de fabrication : ---- - ----  
  Ballast : non Techniques de construction : Bois et toile  
* Précisions sur le type, sur le nombre d'exemplaires construits ou les techniques de construction...
. Origine des infos V ia XXX
TRYPTIQUE ET PLANS

3 vues dessiné par Gymnich

3 vues dessiné par Carlo Godel (via [1])

(via [x])
     
HISTOIRE
Rheinhold Platz, né en 1886 à Cottbus (Brandebourg, Allemagne) était charpentier de formation. Mais c'est à titre de spécialiste en soudure autogène, technique récente à l'époque, qu'il fut embauché à Johannistal en 1912 par la firme hollandaise d'Anthony Fokker, constructeur d'avions. Cette entreprise avait un département à Veere, dans la péninsule de Walcheren, au sud-est de la Hollande, où elle construisait des hydravions.
Bien que Platz n'eut aucune connaissances ni en mathématiques ni en mécanique, il se fit rapidement remarquer par son pragmatisme et son grand sens pratique, et il fut vite connu dans l'entreprise pour les solutions simples qu'il pouvait trouver aux problèmes soulevés par les ingénieurs de la Fokker. Le résultat fut que Platz fut très vite impliqué dans la conception des avions de la firme.
Pendant la guerre, Platz dessina, entre autre appareils, le Fokker triplan (l'avion de von Richtofen, le Baron rouge) et le Fokker D-VIII, le plus moderne de tous les monoplans de l'époque. Platz a certainement dû avoir des difficultés pour mettre en avant les avantages techniques d'un monoplan, face aux biplans qui tenaient le devant de la scène à cette époque. Pour lui l'avantage fondamental de sa machine était sa simplicité.
En 1916, à la mort de Martin Kreuzer, chef de projet chez Fokker et concepteur des avions D-I à D-V, Platz devint chef de projet à Schwerin.
En tant que concepteur, il se distingua par un profond sens commun et une volonté manifeste de synthèse. Pour compéter ce bref portrait il faut mentionner sa grande modestie.
Avec Anthony Fokker, ils ont formé jusqu'en 1931, année où Rheinhold Platz quitta la firme Fokker, une forte équipe très efficace, Fokker ayant les idées et Platz les mettant en oeuvre.

Après la première guerre mondiale, Platz continua à travailler chez Fokker, à Schwerin, puis ensuite à Amsterdam.
Après la guerre, en 1922, il dessinera un planeur, oublié depuis, qui met en évidence ces caractères personnels. Comme par réaction à la complexité et la sophistication croissante des designs des jeunes concepteurs, il élabora un projet complètement en marge de la tendance des dessinateurs de l'époque.
Son cahier des charges prévoyait une machine extrêmement simple, facile à fabriquer, à transporter (par une personne seule), à réparer, et surtout d'un coût ne dépassant pas celui d'une bonne bicyclette.
Le résultat fut une "voilure volante" configurée comme un canard, 40 ans avant que Rogallo et Jalbert n'initient l'ère actuelle des voilures souples.
Le système de contrôle des 3 axes est particulièrement astucieux (remarquons que les ailes Rogallo et Jalbert ne contrôlent que 2 axes) : le pilote assis sur la croix, actionne les bômes des focs simultanément pour monter ou descendre, ou différentiellement pour tourner ou incliner le planeur.
Sans poulie, câbles, charnières...
Comme les bômes des focs pivotent autour d'une articulation située approximativement au milieu de chacune d'elle, ces focs sont relativement faciles à manoeuvrer, puisqu'ils sont compensés.
On peut comparer avec un avion canard dessiné par Platz cinq ans plus tard, le Fokke Wulf Ente, machine particulièrement laide.

Il y a seulement deux pièces rigides : la traverse longitudinale qui forme le fuselage et celle qui forme les ailes. Les surfaces de la grand voile et des deux focs sont du même ordre de grandeur.
Platz utilisa une simple toile flexible pour les surfaces portantes, précédent l'aile de Rogallo de presque 40 années, mais à cette époque le prototype de Platz n'eut pas de suite.
Tout l'appareil pouvait être roulé et transporté par le pilote sur ses épaules, et ce dernier pouvait même rentrer à la maison à bicyclette !
Le système de contrôle n'avait jamais été vu auparavant, et n'a plus été utilisé depuis : Le pilote maintenait les extrémités des deux focs dans ses mains.
Les surfaces de la voile et des deux focs sont égales, dans la machine de 1923, mais les fonctions de contrôle des focs font qu'ils doivent plutôt être considérés comme des plans canard que comme un système d'ailes en tandem.

Une fois réglé pour le vol horizontal, le pilote baissait les deux mains pour augmenter la portance et pour lever le nez du planeur, et il poussait doucement les deux mains vers l'avant pour le faire descendre. Pour déclencher un virage à gauche, par exemple, il poussait doucement vers l'avant la main gauche, et simultanément avec la main droite vers le bas pour obtenir un effet d'aileron différentiel.Le planeur de Platz vola, mais on ne sait pas avec certitude comment ni pour quelles durées. On ne dispose comme références historiques que de brèves descriptions dans quelques publications de 1923.

De nombreux vols sans pilote furent effectués sur les dunes de Vissingen, à partir du mois de novembre 1922.( Vidéo ).
Les vols avec le pilote débutèrent en février 1923, mais les essais étaient menés avec beaucoup de prudence : au début, le planeur était maintenu par des cordes

(photo ci-dessus).
Reinhold Platz ne laisse à personne le soin de montrer que son planeur, très léger (moins de 40 kg) peut être aisément transporté, par tous les moyens de locomotion possibles.
   
       
RÉPLIQUE MODERNE

Bien qu'utilisant des matériaux modernes, la conception du planeur reste très proche de celle de Reinhold Platz.
 

En 2003, un groupe de passionnés étatsuniens, le WISIL Team a décidé de construire une machine très fortement inspirée du Platz, pour tenter de le faire voler lors des Redbull Flugtag II, Miami (USA).
Mais les résultats ne furent pas vraiment au rendez-vous !
Les aventures du groupe ici.
Il faut préciser, à la décharge des constructeurs, que les conditions de mise en vol dans cette manifestation ne sont pas franchement adaptées au décollage : http://www.redbullflugtagusa.com/.
L'ambiance n'est pas sans rappeler celle de la Coupe Icare (Le Touvet, France), en plus américain, et en beaucoup moins satisfaisant quant aux qualités volières des machines !!



   
RÉFÉRENCES
Ici la liste des références aux divers documents présentés
[1] "El canto del cisno de un carpintero", A. Bokser, 12/2001(rheinhold_platz.pdf)
Ccompilation de messages publiés sur le forum du site BaToCo (www.batoco.org) site consacré aux cerfs-volants.
[2] "Le planeur à voile va-t-il renaître?" Scan d'un article qui m'a été transmis par Mr Yves Croses, spécialiste d'avions formule tandem (www.croses.fr).
Lire l'article
[3] Site Oz Report , divers articles relatifs au Platz. Discussion sur les qualités de vol.http://ozreport.com/
Page mise à jour le 13/01/2013
Des vieilles toiles aux planeurs modernes © ClaudeL 2003 -